Loading...

Blog

Tout va bien ! Episode 2 : l’Agressivité

Ceci est le deuxième épisode de notre série « Tout va bien », pour lire le premier épisode cliquez ici.

Nous bénéficions tous de réactions émotionnelles qui ont pour mission de nous sauver la vie. Et qui le font à chaque instant. En cette période de danger élevé, nous sommes sous le choc.

Ces réactions émotionnelles instinctives s’imposent à nous. Nous en subissons les inconvénients alors qu’elles ont aussi de gros effets bénéfiques.

Elles s’expriment selon trois types :

  • Agressivité,
  • Agitation,
  • Blocage

Comment réussir à les apprivoiser ?

Aujourd’hui, nous examinons les réactions d’agressivité.

(Temps de lecture : 6’)

Pourquoi en premier ?

Ce sont, à la fois les plus désagréables, les plus simples à détecter et les plus simples à utiliser à notre profit.

Comment reconnaître les réactions d’agressivité ?

  • Quand vous commencez à vous agacer,
  • Quand vous sentez que vous vous énervez,
  • Vous devenez agressif avec les gens autour de vous,
  • Vous vous retenez de crier un bon coup, de répondre violemment à quelqu’un qui vous dit quelque chose d’anodin
Chez moi :

Vous vous énervez lorsqu’un agent de police vous demande votre attestation de sortie pour la troisième fois, vous élevez le ton lorsque votre enfant n’a toujours pas lâché son jeu vidéo alors qu’il devrait faire ses devoirs, vous envoyez bouler votre collègue qui vous interrompt pour vous poser la même question qu’il y a trois jours.

Chez les autres :

Ce conducteur qui klaxonne derrière vous dès que le feu passe au vert est-il stupide ? Ou est-il seulement pris en otage par son émotion ? Ce collègue qui vous insulte presque lorsque vous lui proposez de corriger son erreur n’est-il qu’un ours mal léché ? Ce client agressif qui n’écoute pas votre solution alors qu’elle résout son problème, est-il de mauvaise foi ? Ce voisin si bruyant ce soir, veut-il juste vous empêcher de dormir ou bien tente-t-il d’évacuer le stress lié au confinement ?

 

Vous voyez de quoi je parle, non ?

 

Tout est normal

« Tout va bien ! » C’est tout à fait normal que vous ressentiez aujourd’hui, plus fortement qu’avant, ces émotions d’agacement et d’énervement. Notre instinct protecteur de combat est une des réponses possibles face au danger, c’est-á-dire au stress supplémentaire de ces derniers jours. Notre cerveau se met à produire des substances pour nous permettre de réagir vite et bien. C’est seulement une production d’énergie supplémentaire.

Le seul problème est l’utilisation rustique (je m’énerve, je cris, je tape sur un coussin) car non-réfléchie de cette énergie. Et si on apprenait à l’utiliser autrement ?

Quels besoins fondamentaux ?

Ce type de réactions répond à deux besoins fondamentaux : obtenir des résultats concrets et se sentir reconnu.

Si votre activité est déstabilisée ou remise en cause et que cela vous empêche d’obtenir des résultats concrets, cela déclenchera automatiquement en vous une envie de vous battre et des réactions d’agressivité. C’est instinctif. Je vous rappelle que ce sont des réactions qui viennent du cerveau reptilien dont l’objectif unique est de préserver notre vie et d’assurer la bonne marche de nos fonctions vitales.

 

Comment combattre ce type de réactions ?

Mon secret ? Surtout, ne pas les combattre ! Cela équivaut à s’affaiblir et se faire soi-même la guerre. Pourquoi gaspiller notre énergie à nous combattre de l’intérieur ? Chez mon interlocuteur, pourquoi alimenter son agressivité

La solution : les apprivoiser pour utiliser ce surcroît temporaire d’énergie.

 

Comment les apprivoiser ? Je vous livre mes secrets

Facile (quand on a appris). « Tout va bien ! »

Voici plusieurs façons d’y parvenir à court et moyen terme.

1 . Premier secret : prendre conscience de cet agacement qui monte en vous, ou chez l’autre.

Comment je prends conscience ? Ma voix devient plus forte, je ressens de la tension dans mon dos, mon corps se tend, j’ai envie d’exploser, j’ai envie de dire des mots désagréables (Quel c…!) : alerte !

2. Deuxième secret, dissipez cette énergie d’une façon positive : en tapant dans un coussin, en poussant un grand cri, en exprimant avec force votre insatisfaction, tout en veillant à n’attaquer personne. « J’en ai vraiment marre » est un très bon moyen pour le faire.

3. Troisième secret, concentrez-vous sur des actions concrètes dont les résultats ne dépendent que de vous : ranger vos papiers ou vos vêtements, réparer un placard, vous attaquez à un dossier que vous avez mis de côté au cours des semaines passées, nettoyer vigoureusement les vitres, pratiquer une séance de sport que vous puissiez faire malgré le confinement.

Ayez des activités physiques, même dans votre appartement, c’est indispensable pour transformer votre agressivité en énergie positive.

4. Je vous recommande également de vous fixer des objectifs et de mesurer l’avancement de vos progrès par rapport aux objectifs que vous fixerez, en particulier sur les activités physiques. Par exemple : durée de votre footing, nombre de kilomètre parcourus avec votre vélo d’appartement, nombre de pompes. Est-ce que ça vous parle ?

Vous avez besoin de prendre conscience des résultats que vous obtenez.

Plus vous obtiendrez de résultats concrets, mieux vous vous sentirez !

 

Comment utiliser ces savoir-faire pour calmer les gens autour de vous ?

Quand quelqu’un s’énerve, il y a toujours une part juste dans ce qu’il ou elle dit

  • Écouter et reformuler ce que dit cette personne, si possible écrire ce qu’elle dit
  • Reconnaitre la part juste
  • Donner notre point de vue en commençant par « Et » au lieu de « Mais » : « J’entends que pour toi cette situation a été très difficile et que ce que j’ai fait ne t’a pas plu ET de mon côté ce qui est important c’est… »
  • Recentrer sur des objectifs concrets et du court terme
  • Si possible/besoin faciliter l’obtention de résultats concrets

 

Comment utiliser cette énergie de façon positive ?

Dernier point fondamental : il est important de comprendre que chacune des énergies à des aspects positifs.

Les personnes qui s’énervent ont des capacités à obtenir des résultats, supérieures aux autres.

Plus vous serez attentif à cette capacité à obtenir des résultats, plus vous prendrez conscience de ce talent.  Plus vous en serez conscient, plus vous obtiendrez de résultats et plus votre cerveau reptilien s’apaisera.

Même chose pour les autres :

  • Orientez leur envie d’agir vers l’obtention de résultats concrets.
  • Ecoutez les de façon active et pragmatique, montrez-leur que ce qu’ils disent est important ou comporte des éléments dont vous comprenez qu’ils soient importants pour eux (Ecriture, prise de notes, demandes de précisions …)
  • Et surtout trouvez des moyens, des phrases, des gestes qui leur permettent de se sentir reconnus et sur des éléments les plus concrets possibles. (« J’apprécie, je te suis reconnaissant, je suis bluffé… quand tu fais ça et ça. » Pas de flatterie. Ils détestent !
  • En pratiquent une telle forme d’écoute il est possible de faire redescendre dans les tours en quelques minutes, moins de dix, une personne au tempérament très fort, même dans un moment où elle est particulièrement emportée.

 

Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter
Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir des conseils et méthodes pour évoluer dans votre domaine