Loading...

Mois : février 2014

L’empathie grâce aux neurones miroirs

Nous le savons depuis leur découverte dans les années 1990 par des chercheurs italiens : ce sont nos neurones miroirs qui nous permettent nous seulement d’appréhender les sentiments et actions des autres mais aussi d’éprouver de l’empathie. Les neurones miroirs sont des neurones qui ont la propriété de s’activer non seulement quand nous faisons une action mais aussi quand nous regardons (ou imaginons !) un autre faire cette même action. Par exemple, les neurones qui s’activent quand nous voyons chez un autre une expression de dégoût sont exactement les mêmes que ceux qui s’activent quand nous éprouvons effectivement du dégoût. Cette découverte capitale pour les neurosciences a des implications aussi bien pour la compréhension de l’apprentissage par imitation que pour notre capacité à construire des relations avec les autres.

Comme nous l’explique l’entretien ci-dessus avec Patrice Van Eersel, les neurones miroirs en interaction avec les neurones moteurs permettent également de transformer cette empathie, ce sentiment partagé avec l’autre, en action pour lui venir en aide. Le docteur Ramachandran, dans sa conférence TED les appelle d’ailleurs les neurones de Gandhi : ce sont eux qui nous permettent d’entrer en résonance avec les autres et d’agir à partir de l’empathie.

Van Eersel cite Daniel Goleman et nous signale trois phénomènes de la vie moderne qui compliquent le bon fonctionnement des neurones miroirs. Points auxquels il convient de prêter particulièrement attention dans le cas des enfants :

  • La vie dans les grandes villes, qui fait que nous sommes continuamment sollicités mais que nous ne pouvons pas agir à chaque fois que nous éprouvons de l’empathie. L’insertion dans une communauté plus petite peut au contraire être très bénéfique.
  • Le temps passé devant la télévision, qui là encore crée de constantes stimulations empathiques sans pouvoir les lier à l’action, affaiblissant le lien entre neurones miroirs et neurones moteurs. Encore un argument à faveur de la vigilance sur le temps passé devant les écrans…
  • La multiplication des relations en contact indirect (téléphone, internet, textos, etc) qui diminuent le contact physique direct, essentiel au bon fonctionnement des neurones qui ont besoin de l’ensemble de la panoplie sensorielle. N’hésitons pas à revenir aux relations que paradoxalement Twitter surnomme la IRL (in real life, ou dans la vraie vie).

L’empathie est capitale pour nos interactions avec les autres : loin d’être un problème, comme certains tenants de la compétition à tout prix voulaient nous le faire croire, c’est aujourd’hui un atout majeur qui permet d’entrer en résonance avec nos collaborateurs et nos clients, entre autres. Soyons donc à l’écoute de nos neurones miroirs !

L’homme aux deux cerveaux

Notre modèle de société, basé sur le règne incontesté de notre hémisphère gauche, est dépassé, déclare Daniel Pink. L’auteur de « L’Homme aux deux cerveaux » (Robert Laffont) nous explique que le futur passe à ses yeux par une meilleure utilisation des capacités humaines liées à notre hémisphère droit. A l’heure où les ordinateurs peuvent dépasser nos performances en calculs et analyses séquentiels, propres à l’hémisphère gauche, il convient au contraire de mieux utiliser l’hémisphère droit.
Notre ère, argumente-t-il, se caractèrise par un changement profond lié à ce qu’il baptise les trois A : l’automatisation, l’ascension de l’Asie, et l’abondance de biens de notre civilisation occidentale. Pour y remédier, son hypothèse est que nous devrions développer nos capacités de « High concept » et de « High touch » propres au cerveau droit.

« High Concept implique l’aptitude à créer une beauté émotionnelle et artistique, à repérer des schémas et des niches, à fabriquer un récit satisfaisant et à combiner des idées apparemment distinctes pour en faire jaillir du nouveau.

High Touch implique l’aptitude à ressentir de l’empathie pour les autres, à comprendre les subtilités des échanges humains, à trouver de la joie au plus profond de soi, à aider les autres à puiser cette joie en eux, à dépasser le quotidien et à se lancer à la poursuite d’un but et de sens. » (plus de détails et un résumé chapitre par chapitre en cliquant ici)

Pour en savoir plus, voici d’autres présentations en anglais
– un résumé de la théorie de Pink sur notre changement d’ère provoqué par les 3 A (Asie, Automatisation, Abondance), extraits du chapitre 2 : http://fr.slideshare.net/lisawhit/a-whole-new-mind-2703761
– quelques éléments de plus sur la différence entre cerveau droit et cerveau gauche, extraits du chapitre 3 :http://fr.slideshare.net/nataliebrandhorst/chapter-3-daniel-pinks-a-whole-new-mind-3442100

Newsletter
Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir des conseils et méthodes pour évoluer dans votre domaine